Economie de contribution et participation libre en conscience

Dans ce passage multiforme de notre humanité et en rapport avec l’équilibre de la planète, nous sommes de plus en plus nombreux à chercher et tester de nouvelles formes d’échanges.

Le consumérisme, la course à l’argent, les placements boursiers, le monde capitaliste, les excès et les différences criantes entre les plus démunis et les plus nantis et tant d’autres aspects  amènent de plus en plus de personnes à se repositionner sur leurs valeurs et la façon de vouloir échanger leur temps, leurs biens et leurs services.

Et aussi tout ce qui vient d’être nommé et en rapport avec les déséquilibres majeurs occasionnés par l’exploitation outrageuse de la planète.

Le New Earth Gathering propose donc et parie aussi sur une forme osée d’échanges. A la fois sur des donations, des prix modiques pour nourriture et boissons, un défraiement sur les stands qui feraient de la vente.

L’économie de contribution  pourrait se définir comme une volonté, plus qu’ un désir, de partager ses ressources avec d’autres afin d’optimaliser dans un groupe l’abondance à différents niveaux.

L’optique est de chercher que tous soient gagnants au sortir de cette expérience.

Un des aspect majeur est le plaisir de contribuer et non pas de  se sentir obligé ou dépendant.

Avec plaisir partager ses ressources, compétences et connaissances. Les donner, en recevoir d’autres, tisser des synergies.

Ceci n’exclue pas du tout le paiement en argent, la déclaration des ressources, ou amoindrissement des prestations pécuniaires.

Cela est dans un processus d’inclusion d’additionner tous les modes d’échanges (liste non -exhaustive) :

  • prêt contre services
  • échanges de biens
  • prix modulable selon engagement de personnes en soutien
  • dons en argent et en compétences.

Avec l’optique que lorsque des personnes sont dans la volonté de tisser un réseau d’actions et de compétences, les ressources engagées se démultiplient par elles-même dans des proportions et des modes qu’il n’est  pas possible de prévoir.

Par exemple:

  • Faire de nouvelles rencontres qui ouvrent à des opportunités,
  • Gagner en confiance et en compétences.
  • Accroître sa renommée et ses mises en contact.
  • Potentialiser son travail pécunier  par la suite.
  • Se sentir vivant dans des modes de vie en évolution.
  • Participer et jouir de cela.
  • Et plus et autrement encore!

Ainsi dans cette Genève séculaire, voire millénaire de son histoire de plaque tournante et d’échanges de biens, nous parions sur de nouveaux modes de transmissions et d’échanges, de participer un petit peu à des questionnements et des pistes de réflexions et de réalisations.

 

Merci à celles et ceux qui viendront et/ou nous soutiendront!